▼ Nos services en département

 

 

 

 

 

 

 

 

"la France m’a offert toutes les chances, ce qui me donne la volonté de réussir !"

| Publié le 25 octobre 2022 | Dernière mise à jour le 12 décembre 2022

  • Envoyer a un ami
  • facebook twitter
Pour sa deuxième édition, la semaine de l’intégration 2022 a poursuivi plusieurs objectifs, dont celui de changer le regard du grand public sur les migrants. A Orléans, une jeune réfugiée soudanaise, grâce au rôle clé de l’association AURORE, illustre un parfait exemple de parcours d’intégration réussie, après seulement 4 années de présence sur le sol français.

Il aura suffi d’une photo prise dans la rue un jour d’émeute pour que le destin de Tamani Abouhourayra bascule du Soudan vers la France. Fuyant les persécutions policières dont elle fut l’objet pendant presque deux ans, la jeune femme est arrivée à Tours en 2018, à l’âge de 22 ans, aussitôt prise en charge par l’association Coallia. Commence alors un long chemin vers l’intégration, porté par la bienveillance des travailleurs sociaux qui, de son propre aveu, auront mis tout en œuvre pour lui offrir un cadre sécurisant et apaisé : « J’ai été traité de façon vraiment géniale, avec humanité, et dans une ambiance familiale indispensable pour se reconstruire… » se souvient Tamani, le regard brillant de reconnaissance.

Vers un diplôme de préparatrice en pharmacie

Après neuf mois à Tours, Tamani est ensuite logée par la Croix-Rouge d’Orléans. En pleine période de crise covid, elle réfléchit à son avenir, explore plusieurs pistes professionnelles, avant de se convaincre qu’elle est toujours faite pour un métier médical tel qu’elle l’exerçait à l’hôpital de Khartoum, la capitale soudanaise. Mais son niveau d’études supérieures et son diplôme en biologie médicale ne lui permettent pas d’accéder à un emploi équivalent en France. Doublement convaincue par ses accompagnants et par son frère de la nécessité de maîtriser d’abord la langue française, elle prend alors le chemin de l’université, et bien que déjà bilingue arabe / anglais, se confronte à la difficulté du Français, en particulier la grammaire. En quelques mois, elle parvient néanmoins à obtenir le B1, soit un très bon niveau de Français. Désormais inscrite en tant que préparatrice en pharmacie au Centre de Formation des Apprentis d’Orléans depuis la rentrée, l’étudiante vise le master et souligne avec force ses convictions : « la France m’a offert toutes les chances, ce qui me donne l’énergie et la volonté de réussir !  ».

Un accompagnement global dans la durée

Dans un parcours semé de doutes, Tamani a croisé la route de l’association AURORE, moteur de sa réussite. Créée il y a 150 ans, AURORE sait d’expérience que l’intégration réussie passe par une vision globale de l’accompagnement. Elle regroupe ainsi les problématiques d’hébergement, de santé, de scolarité, de parcours administratif et d’insertion par le travail auprès des réfugiés, mais également des personnes sortant de détention. AURORE organise aussi des cours de français selon les catégories de métiers, avec l’utilisation d’un vocabulaire adapté.

Entre Tamani et sa conseillère Caroline, le courant est aussitôt passé : «  J’ai détecté immédiatement son potentiel. De plus, Tamani possédait une licence dans son pays, ce qui n’est pas rien. En peu de temps, elle a réussi à parler très bien français, c’est assez rare pour être souligné. » Les deux femmes se sont ensuite attelées à l’obtention des équivalences, à commencer par celui du baccalauréat, afin d’intégrer le DEUST. Elles ont ensuite cherché un employeur pour commencer l’apprentissage. Après avoir visité ensemble soixante-douze pharmacies, l’étudiante, actrice de son projet et nullement découragée, a fini par trouver un poste dans une pharmacie parisienne.

La liberté, le mode de vie à la Française, la sincérité de ses habitants font partie des qualités que Tamani a découvertes depuis son arrivée, telle qu’elle se les imaginait. Son rêve aujourd’hui est d’obtenir la nationalité française.

Laurence BOLEAT